Hébergeur de fichiers indépendant

À propos

Type de fichier
Fichier DOC de 13 Ko (text/html)
Confidentialité
Fichier public, envoyé le 6 janvier 2019 à 13:05, depuis l'adresse IP 91.166.x.x (France)
Sécurité
Ne contient aucun Virus ou Malware connus - Dernière vérification: 2 jours
Statistiques
La présente page de téléchargement a été vue 158 fois depuis l'envoi du fichier
Page de téléchargement

Aperçu du fichier


<html>
    <head>
        <style type='text/css'>
            html, body { font-family: 'Open Sans', Arial; font-size: 11pt; line-height: 16pt; }
            @page { size: auto; margin: 25mm 25mm 25mm 25mm; }
            span.tab { width: 2em; height: 10px; display: inline-block; }
            h1 { font-weight: 400; padding: 0px; margin: 0 0 30px 0; }
            h4 { font-weight: 400; font-style: italic; padding: 0 0 15px 0; margin: 0 0 30px 0; border-bottom: 1px solid black; }
        </style>
    </head>
    <meta http-equiv=\"Content-Type\" content=\"text/html; charset=utf-8\">
    <body>
        <h1>Les groupements r&eacute;gionaux</h1>
        <h4>par Nocerino | etudier.com</h4>
        Les accords commerciaux r&eacute;gionaux (ACR) sont devenus ces derni&egrave;res ann&eacute;es un &eacute;l&eacute;ment dominant du syst&egrave;me commercial multilat&eacute;ral.<br />
En effet, depuis le d&eacute;but des ann&eacute;es 90, le nombre de ces accords n'a pas cess&eacute; de cro&icirc;tre. <br />
En juillet 2005, 330 accords au total avaient &eacute;t&eacute; notifi&eacute;s &agrave; l'OMC (ou &agrave; son pr&eacute;d&eacute;cesseur, le GATT), seul un membre de l'OMC &ndash; la Mongolie &ndash; n'&eacute;tait pas partie &agrave; un accord commercial r&eacute;gional. <br />
Parmi ces accords, 206 ont &eacute;t&eacute; notifi&eacute;s apr&egrave;s la cr&eacute;ation de l'OMC, en janvier 1995; 180 sont actuellement en vigueur; on estime que plusieurs autres accords sont op&eacute;rationnels, bien qu'ils n'aient pas encore &eacute;t&eacute; notifi&eacute;s.<br />
Les accords r&eacute;gionaux ont permis &agrave; des groupes de pays de n&eacute;gocier des r&egrave;gles et des engagements qui vont plus loin que ce qu&rsquo;ils auraient pu alors convenir sur le plan multilat&eacute;ral. Certaines de ces r&egrave;gles ont, quant &agrave; elles, ouvert la voie &agrave; un accord de l'OMC. Les services, la propri&eacute;t&eacute; intellectuelle, les normes environnementales, ainsi que les politiques en mati&egrave;re d&rsquo;investissement et de concurrence sont des questions qui ont toutes &eacute;t&eacute; soulev&eacute;es au cours de n&eacute;gociations r&eacute;gionales et qui, par la suite, ont donn&eacute; lieu &agrave; des accords ou sont devenues des th&egrave;mes de discussions &agrave; l'OMC.<br />
Ces accords devraient en particulier favoriser la lib&eacute;ralisation des courants d&rsquo;&eacute;change entre les pays participants sans opposer d&rsquo;obstacles au commerce avec le reste du monde. En d&rsquo;autres termes, l&rsquo;int&eacute;grationr&eacute;gionale devrait compl&eacute;ter le syst&egrave;me commercial multilat&eacute;ral et non le mettre en danger.<br />
Les accord r&eacute;gionnau st l&eacute; r&eacute;sultante d&rsquo;une volont&eacute; commune de faciliter  l es &eacute;changes  , cependant l&rsquo;une des questions qui se posent le plus souvent est celle de savoir si ces groupements r&eacute;gionaux renforcent ou entravent le syst&egrave;me commercial mondial.<br />
Donc dans un premier axe nous allons voir en quoi ce accords sont un apport utile pour le comm mond et dans un second nous verons  cmt ils peuvent une entrave au commerce mondial <br />
<br />
Les avantages des accords r&eacute;gionaux ne se comptent plus , en effet ils permettent <br />
   * am&eacute;lioration de l&rsquo;acc&egrave;s aux march&eacute;s&nbsp;<br />
   * am&eacute;lioration du pouvoir de n&eacute;gociation&nbsp;: lors de pourparlers, certains pays peuvent, en effet, b&eacute;n&eacute;ficier de l&rsquo;importance de l&rsquo;accord r&eacute;gional dont ils font partie pour obtenir une position plus favorable. Pour les petites &eacute;conomies, cet argument repr&eacute;sente une raison importante de participation &agrave; un tel accord. <br />
&nbsp;<br />
Le r&eacute;gionalisme peut, dans certains cas, favoriser l&rsquo;insertion dans le commerce mondiale en renfor&ccedil;ant les zones de production&nbsp;: la concentration des entreprises leur donne plus de force<br />
Les incitants &agrave; la cr&eacute;ation des accords r&eacute;gionaux sont multiples et d&rsquo;ordre divers. <br />
On rel&egrave;ve un objectif politique majeur&nbsp;: le surcro&icirc;t de s&eacute;curit&eacute;. Le commerce international r&eacute;duit les risques de conflits militaires entre pays, et l&rsquo;on pourrait donc raisonnablement avoir int&eacute;r&ecirc;t &agrave; promouvoir demani&egrave;re pr&eacute;f&eacute;rentielle les relations commerciales entre voisins. De plus, il permet une augmentation du pouvoir de n&eacute;gociation des pays membres dans les cycles de n&eacute;gociation. L&rsquo;exp&eacute;rience a en effet d&eacute;montr&eacute; qu&rsquo;il &eacute;tait possible, sous certaines conditions, d&rsquo;am&eacute;liorer les termes de l&rsquo;&eacute;change.<br />
Beaucoup de pays en d&eacute;veloppement et de pays en transition ont entrepris la r&eacute;forme de leurs politiques &eacute;conomiques et de leur syst&egrave;me de gestion publique. La coop&eacute;ration r&eacute;gionale s&rsquo;est parfois r&eacute;v&eacute;l&eacute;e utile comme m&eacute;canisme d&rsquo;engagement, comme moyen de perp&eacute;tuer cette dynamique de r&eacute;forme. En effet, l&rsquo;engagement dans un tel processus accro&icirc;t la cr&eacute;dibilit&eacute; des pays membres et attise la confiance des investisseurs. <br />
une tendance &agrave; la lib&eacute;ralisation des &eacute;changes<br />
   *  Les &eacute;conomies d&rsquo;&eacute;chelles <br />
&nbsp;Sans obstacle au commerce, les march&eacute;s s&rsquo;&eacute;largissent pour les entreprises qui survivent. On assiste donc &agrave; une vague de fusions-acquisitions pour b&eacute;n&eacute;ficier des rendements d&rsquo;&eacute;chelles.<br />
&nbsp;<br />
   * La concurrence accrue <br />
&nbsp;De plus, pour survivre, les firmes doivent &eacute;liminer les inefficiences que le march&eacute; prot&eacute;g&eacute; permettait, ceci via une meilleur organisation et un investissement accru.<br />
&nbsp;<br />
   * L&rsquo;investissement accru <br />
&nbsp;On peut supposer que, &eacute;tant donn&eacute; l&rsquo;am&eacute;lioration des conditions d&rsquo;&eacute;tablissement des firmes &eacute;trang&egrave;res, celles-ci vont investir massivement pour s&rsquo;implanter &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur des fronti&egrave;res de cette union.<br />
Le taux de change flottant par exemplepermet d&rsquo;utiliser la politique mon&eacute;taire comme moyen de relance de l'&eacute;conomie et de l'emploi. La stimulation de la cr&eacute;ation mon&eacute;taire par une baisse des taux d'int&eacute;r&ecirc;t permet d'augmenter la demande dans l'&eacute;conomie. Cependant, d'une part, la baisse des taux d'int&eacute;r&ecirc;t entra&icirc;ne une sortie de capitaux qui vont se placer dans d'autres pays o&ugrave; les taux sont plus attractifs. D'autre part, le surcro&icirc;t de demande risque de provoquer une inflation qui diminue la comp&eacute;titivit&eacute; qui freine alors les exportations. Le solde des &eacute;changes (biens et capitaux) se d&eacute;grade et entra&icirc;ne la d&eacute;pr&eacute;ciation de la monnaie. En retour, la d&eacute;pr&eacute;ciation de la monnaie rend les exportations &agrave; nouveau comp&eacute;titives et le solde ext&eacute;rieur se r&eacute;tablit. En fin de compte, la monnaie s'est d&eacute;pr&eacute;ci&eacute;e mais l'objectif de relance a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;. Autrement dit, un taux de change flottant permet une autonomie de la politique mon&eacute;taire et la possibilit&eacute; de l'utiliser pour soutenir la croissance en &quot;sacrifiant&quot; la valeur de la monnaie par rapport aux autres devises.<br />
Cependant la contribution de ces accords &agrave; la lib&eacute;ralisation du commerce mondial reste un sujet de discussion car plusieurs aspects n&eacute;gatifs sont &agrave; noter.<br />
<br />
On peut aussi adresser 3 critiques notables aux acords r&eacute;gionaux <br />
La premi&egrave;re cat&eacute;gorie de critiques se basant sur la th&eacute;orie des jeux pr&eacute;sente les entit&eacute;s r&eacute;gionales comme des coalitions qui s'affrontent dans une guerre tarifaire pour accro&icirc;tre leur bien &ecirc;tre. Dans cecadre, l'union douani&egrave;re permet d'amplifier le pouvoir &eacute;conomique des pays membres et donc de leur permettre de faire partie du camp vainqueur37(*). Il en va de m&ecirc;me pour n'importe quel type d'int&eacute;gration r&eacute;gionale.<br />
Des pays voisins s'effor&ccedil;ant d'am&eacute;liorer leurs termes de l'&eacute;change vont cr&eacute;er une zone d'&eacute;change r&eacute;gionale m&ecirc;me en sachant qu'elle est principalement g&eacute;n&eacute;ratrice de d&eacute;tournement de trafics. La zone de libre-&eacute;change ainsi cr&eacute;&eacute;e sera incit&eacute;e &agrave; se comporter comme un bloc et &agrave; relever ses tarifs douaniers39(*) pour les produits en provenance des pays tiers. Elle va donc nuire aux pays non-membres mais aura accru la prosp&eacute;rit&eacute; des pays signataires. Les pays tiers, &agrave; leur tour, vont agir de la sorte en cr&eacute;ant un bloc qui &eacute;l&egrave;vera ses tarifs douaniers ext&eacute;rieurs dans le but de tirer lui aussi avantage de sa position sur le march&eacute;. Le probl&egrave;me engendr&eacute; par cette situation c'est que les &laquo;&nbsp;blocs&nbsp;&raquo; ne peuvent gagner tous les deux (si les termes de l'&eacute;change de l'un s'am&eacute;liorent, ceux du deuxi&egrave;me doivent se d&eacute;t&eacute;riorer) et que durant cette &laquo;&nbsp;guerre des tarifs&nbsp;&raquo; les d&eacute;tournements de trafics auront r&eacute;duit l'efficience &eacute;conomique globale. En conclusion de ces d&eacute;marches, chaque pays sera plus mal loti qu'il ne l'aurait &eacute;t&eacute; dans un monde sans blocs commerciaux mais mieux loti que si des blocs commerciaux s'&eacute;taient cr&eacute;&eacute;s face &agrave; lui sans qu'il n'en fasse de m&ecirc;me. <br />
Ainsi on peut conclure que la rivalit&eacute; entre puissances int&eacute;gr&eacute;es emp&ecirc;chel'application de politiques commerciales pr&eacute;datrices. <br />
La deuxi&egrave;me cat&eacute;gorie de critiques porte sur la tendance protectionniste qu'engendrent les accords de commerce r&eacute;gionaux. <br />
Par exemple le fait qu'au sein de l'AL&Eacute;NA, le Mexique pourrait utiliser des pratiques d&eacute;loyales pour compenser l'augmentation des importations en provenance des &Eacute;tats-Unis en limitant celle des autres pays non-membres comme Taiwan. Et les &Eacute;tats-Unis pourraient eux, limiter leurs exportations pour soulager leur industrie de la concurrence taiwanaise. Il y aurait donc dans cet exemple une recrudescence des d&eacute;tournements de commerce.<br />
Ou encore on remarque qu'en Europe, la CE se sert de mesures anti-dumping et de restrictions volontaires des exportations &agrave; l'encontre des fournisseurs concurrents non-membres de la CE. On remarque &eacute;galement qu'en Am&eacute;rique du Nord, les accords am&eacute;ricains comportent des clauses d'exclusion &agrave; l'encontre des pays tiers avec notamment l'exigence du contenu local et l'exigence que les r&egrave;gles de provenance des produits soient appliqu&eacute;es strictement. Le r&eacute;gionalisme s'accompagne donc d'un certain protectionnisme &agrave; l'encontre des pays tiers qui ne favorise pas les d&eacute;marches multilat&eacute;rales.<br />
Cette r&eacute;surgence du protectionnisme est &agrave; craindre car ne correspondant pas au &laquo;&nbsp;libre-&eacute;changisme&nbsp;&raquo;, elle limiterait l'avancement des accords multilat&eacute;raux.<br />
<br />
Le troisi&egrave;me type de critique est plus &laquo;&nbsp;terre-&agrave;-terre&nbsp;&raquo;. Comme nous l'avons d&eacute;j&agrave; dit, une descons&eacute;quences des zones de libre-&eacute;change r&eacute;gional est de cr&eacute;er un march&eacute; qui &agrave; un plus grand poids, une plus grande part sur les march&eacute;s mondiaux. Si les zones &eacute;taient petites, le volume de leurs importations et exportations n'influen&ccedil;ant pas le prix mondial, les d&eacute;tournements sur les pays non-adh&eacute;rents seraient n&eacute;gligeables. Ce n'est pas le cas car des zones comme l'ALENA ou l'Union Europ&eacute;enne sont &eacute;normes50(*) et ont donc une influence certaine sur les prix mondiaux. <br />
Les &eacute;changes de la zone croissent de part les liens pr&eacute;f&eacute;rentiels entre membres, d&eacute;gradant ainsi le bien-&ecirc;tre du reste du monde. Cette cons&eacute;quence est intuitivement compr&eacute;hensible. Nous avons montr&eacute; plus t&ocirc;t que plus les sources d'approvisionnement sont diversifi&eacute;es, plus les &eacute;conomies ont de chances de se sp&eacute;cialiser et donc, par une productivit&eacute; accrue, d'am&eacute;liorer leur situation. Ainsi si des &eacute;changes se passent pr&eacute;f&eacute;rentiellement dans une zone, le reste du monde diminue ses opportunit&eacute;s d'&eacute;change, donc r&eacute;duit sa sp&eacute;cialisation, perdant ainsi de la productivit&eacute; potentielle. Les termes de l'&eacute;change (rapport des exportations sur importations) se d&eacute;gradent ainsi. <br />
 <br />
&nbsp;Pour conclure, l&rsquo;int&eacute;gration r&eacute;gionale est dans l&rsquo;ensemble un proc&eacute;d&eacute; bien plus b&eacute;n&eacute;fique que n&eacute;gatif, les accords r&eacute;gionaux sont le plus souvent un atout pour le commerce mondial ,leur compatibilit&eacute; avec ce dernier n&rsquo;est plus &agrave; d&eacute;montrer m&ecirc;me si vertaines exceptions peuvent pousser &agrave; penser le contraire
    </body>
</html>


Partager le fichier

Télécharger

Télécharger le fichier (13 Ko)