Hébergeur de fichiers indépendant

Aspects, acteurs et limites de la mondialisation 03 04 2011.doc

À propos

Type de fichier
Fichier DOC de 13 Ko (text/html)
Confidentialité
Fichier public, envoyé le 6 janvier 2019 à 13:03, depuis l'adresse IP 91.166.x.x (France)
Sécurité
Ne contient aucun Virus ou Malware connus - Dernière vérification: 2 jours
Statistiques
La présente page de téléchargement a été vue 199 fois depuis l'envoi du fichier
Page de téléchargement

Aperçu du fichier


<html>
    <head>
        <style type='text/css'>
            html, body { font-family: 'Open Sans', Arial; font-size: 11pt; line-height: 16pt; }
            @page { size: auto; margin: 25mm 25mm 25mm 25mm; }
            span.tab { width: 2em; height: 10px; display: inline-block; }
            h1 { font-weight: 400; padding: 0px; margin: 0 0 30px 0; }
            h4 { font-weight: 400; font-style: italic; padding: 0 0 15px 0; margin: 0 0 30px 0; border-bottom: 1px solid black; }
        </style>
    </head>
    <meta http-equiv=\"Content-Type\" content=\"text/html; charset=utf-8\">
    <body>
        <h1>Aspects, acteurs et limites de la mondialisation</h1>
        <h4>par atemu94 | etudier.com</h4>
        Mondialisation : Aspects, acteurs et limites<br />
<br />
La mondialisation est un terme apparu dans les ann&eacute;es 90 d&eacute;signant processus d'internationalisation des &eacute;changes, des investissements et de la production. Elle est n&eacute;e de l'expansion du capitalisme au niveau mondial.<br />
Quelles sont les caract&eacute;ristiques de cette mondialisation ?<br />
Cette question nous pousse &agrave; nous int&eacute;resser &agrave; ses aspects, les acteurs de cette mondialisation, ainsi que ses limites.<br />
<br />
Le 1er aspect de cette mondialisation, est comme son nom l'indique, un ph&eacute;nom&egrave;ne mondial, d'o&ugrave; une acc&eacute;l&eacute;ration des flux de migrations internationales, de l'ordre de 300 millions de migrants chaque ann&eacute;e. Cette tendance s'explique par les fortes in&eacute;galit&eacute;s de d&eacute;veloppement, l'Europe occidentale est le 1er foyer d'accueil des migrants. Ces flux de migrations sont principalement d'ordre &eacute;conomique, la recherche d'un emploi, de meilleures conditions de vie, cependant les immigrants sont souvent peu qualifi&eacute;s et confront&eacute;es &agrave; la x&eacute;nophobie et &agrave; la main d'&oelig;uvre d&eacute;j&agrave; pr&eacute;sente. Cependant il existe un ph&eacute;nom&egrave;ne de &quot;Brain Drain&quot; (Drainage des cerveaux), qui prive les pays moins d&eacute;velopp&eacute;s de leurs &eacute;lites, au profit des pays d&eacute;velopp&eacute;s qui proposent de bien meilleures conditions de vie.<br />
Une partie de cette migration internationale est d'ordre politique, les r&eacute;fugi&eacute;s quittant leurs pays &agrave; cause de leur instabilit&eacute; politique, de guerres, on de conflits civiles. Ces migrations repr&eacute;sentent chaque ann&eacute;e 30 millions de personnes et sontaccueillies majoritairement (80%) dans des pays du tiers-monde, limitrophes aux pays d'origine (Congo, Soudan). Cette migration du Sud vers le Nord est principalement clandestine.<br />
Le tourisme est le dernier aspect de cette mondialisation au niveau des flux migratoires. Il a &eacute;t&eacute; multipli&eacute; par 20 depuis 1950 et repr&eacute;sente aujourd'hui 810 millions de touristes annuels. Cela refl&egrave;te une soci&eacute;t&eacute; de loisirs d&eacute;velopp&eacute;e dans les pays riches avec une population &agrave; hauts revenus. L'Europe est de nouveau le 1er foyer, mais cette fois touristique, la France &eacute;tant le pays le plus visit&eacute; chaque ann&eacute;e. L'Asie du Sud-Est monte en puissance ces derni&egrave;res ann&eacute;es avec une hausse du niveau de vie ainsi que le ph&eacute;nom&egrave;ne de tourisme sexuel.<br />
Ces flux touristiques Nord &rarr; Nord participent peu au r&eacute;&eacute;quilibrage des richesses Nord &gt; Sud, principalement caus&eacute;es par une explosion des &eacute;changes internationaux.<br />
<br />
Le second aspect de cette &quot;globalization&quot; est, en effet, l'explosion des &eacute;changes &agrave; travers le monde.<br />
Les &eacute;changes de marchandises sont centralis&eacute;s entre les pays de la Triade (&Eacute;tats-Unis, Union Europ&eacute;enne, Japon) ainsi que la Chine depuis peu. 75% de ces &eacute;changes sont r&eacute;alis&eacute;s par les pays du Nord, compos&eacute;s aux 2/3 de produits manufactur&eacute;s, de mat&eacute;riel &eacute;lectronique, informatique, et de moyens de transports (TGV &ndash; Airbus), alors qu'en 1960 ces &eacute;changes se composaient &agrave; moiti&eacute; de produits agricoles, de mati&egrave;res premi&egrave;res et de combustibles (bl&eacute;, p&eacute;trole). Les produits manufactur&eacute;s sont depuis quelquesann&eacute;es d&eacute;j&agrave;, fabriqu&eacute;s a 60% dans les pays ateliers (Chine, Bangladesh) mais sont consomm&eacute;s &agrave; 80% dans les pays du Nord. Les flux alimentaires sont en d&eacute;clin malgr&eacute; une stabilit&eacute; de la demande de caf&eacute;/cacao et une augmentation de la demande de bl&eacute;/ma&iuml;s, entrants dans la composition du biocarburant.<br />
Les flux immat&eacute;riels connaissent une progression tr&egrave;s rapide et concernent les pays d&eacute;velopp&eacute;s (&Eacute;tats-Unis). Ces flux comprennent les &eacute;changes de services (banques, assurances, ing&eacute;nierie) et les flux de capitaux, massifs, circulant dans la Triade, dans les places boursi&egrave;res qui fonctionnent en continu et en temps r&eacute;el (Euronext, Nasdaq)<br />
Enfin, les flux d'information sont contr&ocirc;l&eacute;s par les &Eacute;tats-Unis, avec CNN, seule cha&icirc;ne mondiale et la forte utilisation d'internet par les populations, 90% de son contenu &eacute;tant &eacute;crit en anglais. L'anglais &eacute;tant la langue de la mondialisation et des &eacute;changes internationaux.<br />
Cette domination entra&icirc;ne une &quot;am&eacute;ricanisation&quot; des modes de vie et de la culture : l'alimentation (fasts foods : McDonald's), le cin&eacute;ma (Hollywood), la musique (MTV)<br />
<br />
Les &Eacute;tats-Unis ont donc une grande part dans ce ph&eacute;nom&egrave;ne de mondialisation, mais ce processus admet diff&eacute;rents acteurs, tant sur les plans politiques qu'&eacute;conomiques, voir m&ecirc;mes culturels.<br />
Au niveau mondial, la Triade a une part importante dans les d&eacute;cisions politiques mondiales, tout comme le G8 ou le G20.<br />
A l'&eacute;chelle inf&eacute;rieure, les organisations r&eacute;gionales sont impliqu&eacute;es dans la cr&eacute;ation de zones delibre-&eacute;change &agrave; travers les diff&eacute;rents &Eacute;tats les composant. Les exemples les plus marquants sont bien entendu l'Union Europ&eacute;enne (27 membres depuis 2009), l'ALENA, comprenant les &Eacute;tats-Unis, le Canada, et le Mexique. Moins connues, l'Asean, et le Mercosur sont &eacute;galement des zones de libre-&eacute;change, respectivement en Asie du Sud-Est et en Am&eacute;rique du Sud.<br />
A l'&eacute;chelle encore inf&eacute;rieure, les &Eacute;tats-nation sont les principaux acteurs politiques mais l'&eacute;tendue de leurs man&oelig;uvres est limit&eacute;e par les organisation r&eacute;gionales et internationales.<br />
Outre ces organisations mondiales, r&eacute;gionales, ces &Eacute;tats-nation, il existe des organisations non gouvernementales, ONG, tr&egrave;s actives dans ce secteur, et luttent pour une meilleure justice sociale, sur les plans de l'hygi&egrave;ne ou de l'&eacute;ducation. Les plus connues ne sont autre que M&eacute;decins sans fronti&egrave;res ou Amnesty International.<br />
<br />
Sur le plan &eacute;conomique, les acteurs principaux de cette mondialisation sont les Firmes Multinationales (FMN) qui si&egrave;gent &agrave; 90% dans les &Eacute;tats de la Triade. Leurs flux internes incarnent 2/3 du commerce international et leurs activit&eacute;s &eacute;conomiques se d&eacute;ploient en direction des pays en d&eacute;veloppement (d&eacute;localisation) proposant des conditions de production plus int&eacute;ressantes (main d'&oelig;uvre bon march&eacute;) Cette ouverture est possible gr&acirc;ce &agrave; la r&eacute;volution des transports et des technologies d'information.<br />
D'autres acteurs comme le FMI ou la BCE jouent sur la sc&egrave;ne principale en imposant une politique capitaliste et lib&eacute;rale &agrave; l'ensembledu monde. Ces institutions, en ajoutant le GATT et l'OMC, sont contr&ocirc;l&eacute;es par les &Eacute;tats de la Triade et r&eacute;gulent le commerce mondial.<br />
Au niveau de la culture, les acteurs sont divers et vari&eacute;s, peuvent &ecirc;tre incarn&eacute;s par des personnalit&eacute;s ou des chercheurs comme Micka&euml;l Jackson ou Bill Gates.<br />
La mondialisation est donc anim&eacute;e par des acteurs politiques, &eacute;conomiques, culturels, que ce soit des organisations internationales, des &Eacute;tats, et m&ecirc;me des personnalit&eacute;s seules.<br />
<br />
Nous avons donc vu les aspects de la mondialisation ainsi que ces acteurs &agrave; travers la plan&egrave;te. Nous allons enfin aborder les limites de ce processus.<br />
La premi&egrave;re limite &agrave; cette mondialisation est la trop grand in&eacute;galit&eacute; qui s'est cr&eacute;&eacute;e entre les pays du Nord et leurs homologues du Sud. Malgr&eacute; une hausse g&eacute;n&eacute;rale de l'IDH mondial, les pays du Nord ont vu leur niveau de vie &eacute;norm&eacute;ment augmenter contre une l&eacute;g&egrave;re hausse, voir une diminution de l'IDH des pays du Sud, l'&eacute;cart s'est donc agrandit sensiblement. Ces in&eacute;galit&eacute;s sont &agrave; l'origine des mouvements antimondialisation, appel&eacute;s alter-mondialistes. Ces mouvements ind&eacute;pendants les uns des autres admettent la m&ecirc;me pens&eacute;e, la possibilit&eacute; d'une autre mondialisation, plus ax&eacute;e sur la justice sociale et la protection de l'environnement.<br />
Leurs principaux combats sont la lutte contre la pauvret&eacute; des pays du Sud (suppression de leurs dettes) et contre la malnutrition dans ces r&eacute;gions (meilleure distribution des terres, d&eacute;veloppement du commerce &eacute;quitable).<br />
Lesprincipales reproches des alter-mondialistes sont dirig&eacute;es vers les organisations internationales comme l'OMC qui ne profitent qu'aux pays du Nord, d&eacute;laissant totalement les pays du Sud. En effet, l'imposition d'une politique lib&eacute;rale dans ces pays tr&egrave;s peu d&eacute;velopp&eacute;s condamne l'intervention de l'&Eacute;tat dans la croissance &eacute;conomique et les budgets consacr&eacute;s &agrave; l'&eacute;ducation et la sant&eacute; s'en retrouvent donc insuffisants.<br />
<br />
La seconde limite de cette mondialisation est le non respect de l'environnement et de l'&eacute;cosyst&egrave;me de la plan&egrave;te. Et c'est aujourd'hui que le probl&egrave;me se pose r&eacute;ellement.<br />
La mondialisation a entra&icirc;n&eacute; une surconsommation des ressources naturelles, et notamment des &eacute;nergies fossiles, comme le p&eacute;trole ou le gaz, non renouvelables, qui viendront &agrave; manquer dans un futur proche. Cette surconsommation est &eacute;galement la cause d'un rejet massif de gaz &agrave; effets de serre, responsables du r&eacute;chauffement climatique et de la fonte des glaces. Certaines &icirc;les sont donc menac&eacute;es de dispara&icirc;tre sous le niveau de l'eau (Maldives).<br />
Ces probl&egrave;mes environnementaux sont caus&eacute;s par le gaspillage des ressources des pays du Nord. Par exemple, si toute la population mondiale vivait comme les am&eacute;ricains, il faudrait avoir 6 plan&egrave;tes suppl&eacute;mentaires pour satisfaire aux besoins.<br />
En 1987, le rapport Brundtland, cr&eacute;&eacute; le concept de d&eacute;veloppement durable. Ce concept vise &agrave; &quot; un d&eacute;veloppement qui r&eacute;pond aux besoins des g&eacute;n&eacute;rations du pr&eacute;sent sans compromettre la capacit&eacute; des g&eacute;n&eacute;rations futures &agrave;r&eacute;pondre aux leurs &quot;<br />
En ce sens, en 1997, le protocole de Kyoto, est un trait&eacute; international sign&eacute; par 181 &Eacute;tats qui vise &agrave; r&eacute;duire l'&eacute;mission des gaz &agrave; effets de serre de 5%. La plupart de ces &Eacute;tats n'est pourtant pas aujourd'hui capable de mettre en &oelig;uvre ce trait&eacute;, d'autres encore, comme les &Eacute;tats-Unis, s'y opposent fortement et n'ont pas sign&eacute; ce protocole.<br />
<br />
Le dernier aspect de ces limites est le paradoxe entre mondialisation, c'est &agrave; dire ouverture sur le monde, et la volont&eacute; de vivre &agrave; l'&eacute;chelle de sa communaut&eacute;, de sa nation. En effet, depuis la 2nde guerre mondiale, l'&eacute;clatement de l'URSS, de la Yougoslavie, les d&eacute;colonisations ainsi que la mont&eacute;e des mouvements ind&eacute;pendantistes ont vu la cr&eacute;ation de nombreux &Eacute;tats, en parall&egrave;le &agrave; l'expansion des zones de libre-&eacute;change. Les &Eacute;tats opposent la volont&eacute; de ce d&eacute;velopper en ouvrant leurs fronti&egrave;res avec la volont&eacute; de garder leur souverainet&eacute; politique.<br />
<br />
Ce d&eacute;veloppement a permit d'analyser la mondialisation sous toutes ses coutures, ses aspects, ses acteurs, et ses limites.<br />
Cette mondialisation, tant glorifi&eacute;e &agrave; ses d&eacute;buts, est aujourd'hui remise en question. Ces nombreux points n&eacute;gatifs sont la cible de ses d&eacute;tracteurs et les questions sur l'environnement ou les in&eacute;galit&eacute;s de d&eacute;veloppement reviennent souvent. En conclusion, la mondialisation est un processus inachev&eacute; &agrave; l'&eacute;chelle mondiale et pourrait &ecirc;tre totalement remani&eacute; en privil&eacute;giant le d&eacute;veloppement et l'&eacute;ducation des &Eacute;tats oubli&eacute;s de cette mondialisation.
    </body>
</html>


Partager le fichier

Télécharger Aspects,_acteurs_et_limites_de_la_mondialisation-03_04_2011.doc

Télécharger le fichier (13 Ko)